Voyager en Catalogne à vélo

Catalogne à vélo : de Portbou à Banyoles via Figueres

Nous voilà de nouveau en selle pour de nouvelles découvertes. Cette fois-ci, notre objectif  est la proximité en évitant l’avion. Dans cet article, on vous livre nos premiers kilomètres parcourus en Catalogne. Suivez notre nouveau périple en Espagne !

Quand on disait à nos proches et à nos amis qu’on irait pédaler en Espagne, cela suscitait moins de « oh » et de « ah » comme pour l’Asie mais c’est normal. En effet, c’est beaucoup moins loin, beaucoup moins exotique et beaucoup moins aventureux. Et il fera moins chaud aussi. Pour tout avouer, je me suis lassée de la chaleur. Donc, le froid et la fraîcheur me font un grand bien.

Cependant, ce nouveau périple nous permettra de retrouver notre ancien horizon et ainsi de découvrir davantage une partie de notre vieux continent. Comme on l’a déjà dit, nul n’a besoin d’aller à l’autre bout du monde pour explorer de belles choses. L’essentiel c’est d’être EnSeMbLe !

L’Espagne à vélo : aperçu de notre itinéraire

Lors de la préparation de notre itinéraire, on n’a étonnement pas trouvé beaucoup d’informations liées aux routes et itinéraires pour un road trip à vélo sur la Costa Brava et en Catalogne de manière générale. Initialement, on voulait seulement pédaler en Andalousie. Au final, nous avons décidé de découvrir cette partie de la Catalogne. Autant en profiter !

Nous avons d’abord pris le TGV nous menant à Montpellier où une autre correspondance en TER nous a mené jusqu’à Portbou, ville frontalière de la région de Catalogne. Ensuite, nous avons commencé à chauffer nos mollets jusqu’à Barcelone. D’autres articles vont voir le jour pour documenter notre périple au fur et à mesure de son avancée.

On emprunte le plus souvent possible les petites routes, ce qui pourrait être équivalent des routes départementales en France.

Localisation de la Catalogne

Carte de la Catalogne
Carte de la Catalogne

 

Carte de notre road trip en Catalogne : de Portbou à Barcelone

Itinéraire de road trip à vélo en Catalogne
Itinéraire de road trip à vélo en Catalogne

Traversée de la frontière espagnole

Contrairement à ce que nous avons vécu en Asie, il n’y a plus vraiment de douane, plus de poste de contrôle. À titre personnel, je trouve que c’est quand même assez triste de pouvoir traverser un pays à un autre sans vraiment s’en rendre compte. Mais enfin, on a bien évidemment moins de galère, voire pas du tout en terme de passage de la frontière terrestre.

Comme évoqué plus haut, nous avons pris un TER (j’allais écrire RER, heureusement que ce n’est pas le cas !) reliant Montpellier et Portbou.

Le train était à l’heure et tout s’était étonnement bien passé, on ne l’aurait pas cru une semaine auparavant à cause des grèves. Par ailleurs, quand on monte au départ et sort au terminus, il y a beaucoup moins de stress lié à la manipulation des vélos.

Le trajet en TER a duré un peu moins de trois heures et a traversé de beaux paysages.

À l’avant dernier arrêt, des policiers français ont contrôlé notre identité. En arrivant à Portbou, il n’y avait plus aucun contrôle du côté des voisins catalans.

Arrivée à Portbou : bienvenue en Catalogne !

Train TER Montpellier – Portbou [2h51]
Portbou – LLança [15 km] // 307 m de dénivelée
Nuit à La Goleta à Llança Situé à deux pas du port, l’hôtel a un local pour mettre les vélos en sécurité. La chambre quant à elle est très propre et bien chauffée. Nous nous sommes régalés avec le petit-déjeuner varié et copieux.

À l’apparence très paisible, Portbou est une commune endormie (lors de notre passage en tous cas) se trouvant dans une vallée de la Costa Brava. En sortant de la gare, nous avons pris la route N-260a en direction de Figueras. Pour Jérôme, la reprise était fort dure. Aussi étrange que cela puisse paraître, je n’ai éprouvé aucune difficulté quant à la reprise. C’est tout comme le réveil chaque matin, c’est dur mais une fois réveillé on est bien.

Portbou nous souhaite la bienvenue en nous réservant tout de suite un peu (beaucoup) de montée pour la mise en jambe. Il faisait 15 degrés et il y avait du soleil, c’était idéal !

En terme de trafic, il n’y avait pas beaucoup de monde sur la route pour notre plus grand bonheur.

Après quelques kilomètres de montée, un magnifique panorama sur la commune de Portbou s’est offert à nous.

Vue sur le port de Portbou en Catalogne
Vue sur la baie et le port de Portbou

Prendre le train avec les vélos

Contrairement aux TGV, vous n’avez pas besoin de réserver la place pour les vélos dans les TER. La disposition de la voiture vélo varie en fonction des trains, tantôt au début ou à la fin, tantôt au milieu.
Il n’est pas nécessaire de mettre les vélos dans un carton ou un bagage spécial. Il suffit en revanche de démonter vos sacoches, puis accrocher vos vélos aux emplacements prévus.
Vous ne payez pas non plus de supplément pour les vélos si vous voyagez avec les TER.

Sur les pas de Salvador Dalí à Cadaqués

Llança à Cadaqués [27 km] // 351 m de dénivelée
Nuit à La Fonda à Cadaqués : L’hôte est très souriante. La chambre est simple mais propre et fonctionnelle. En revanche, il faut prendre un peu de souffle pour pousser le vélo jusqu’à l’hébergement. Les vélos sont rangés à l’intérieur au chaud.

Après avoir sillonné des belles routes côtières, nous voici arrivés à Cadaqués, charmant village côtier sur la Costa Brava en Catalogne.

Cadaqués fut pendant longtemps un repère de pirates.

Ses maisons de couleur blanche dominante et son atmosphère méditerranéenne ont été une des sources d’inspiration pour le peintre surréaliste Dalí. Plusieurs autres artistes sont également tombés sous le charme de Cadaqués tels que Pablo Picasso, Juan Miró ou Max Ernst.

Né à Figueres (ou Figueras), Dalí a passé ses vacances d’enfance dans le village de Cadaqués. Puis il s’est installé à Port Lligat, village voisin à deux pas de Cadaqués. C’est à Port Lligat où on trouve de nos jours la maison-musée de Dalí. Nous n’avons pas poussé jusqu’à sa maison devenue musée à cause des mollets un peu lourds après le trajet.

Après avoir poussé les vélos jusqu’au logement, nous sommes tout de suite reparties se promener dans les rues pavées, pentues et labyrinthiques de Cadaqués.


Autour de Cadaqués

Il y a certaines choses qu’on aurait aimé voir mais on ne peut pas tout faire. Du coup, on vous livre des idées des choses à faire autour de Cadaqués :

  • La maison -musée de Salvador Dalí à Port Lligat, à seulement d’1 km de Caldaqués
  • Le parc naturel de Cap de Creus
  • Le monastère Sant Pere de Rodes

Figueres : ville célèbre par son théâtre-musée Dalí

Cadaqués à Figueres [40 km] // 391 m de dénivelée
Nuit à Duran hotel à Figueres : Le rapport de qualité-prix de cet hôtel est excellent. La propreté est impeccable. En revanche, le parking pour vélos est payant.

À titre personnel, on trouve que la ville de Figueres manque un peu de charme. En revanche, cette ville attire des visiteurs du monde entier qui souhaitent admirer le plus grand œuvre de Dalí : son théâtre-musée.

Construit sur les vestiges de l’ancien théâtre incendié, le théâtre-musée est également le lieu de repos de l’artiste depuis sa mort en 1989.

N’étant pas des adeptes de l’art surréaliste, nous avons décidé de ne pas visiter le musée. Par ailleurs, on privilégie les promenades le nez en l’air et les activités en plein air aux visites à l’intérieur. Toutefois, je pense que l’univers créé par Dalí dans son musée doit être extrêmement décalé et fascinant . Nous nous sommes contentés d’admirer la façade et l’extérieur du musée. C’est original !

théâtre musée Dali à Figueres en Catalogne
Quand le maire de Figueres a demandé à Dalí de faire don d’une de ses œuvres à la ville, celui-ci offrira non pas une œuvre mais un musée !

Découvrir le village médiéval de Besalú en Catalogne

Figueres à Besalú [27 km] // 354 m de dénivelée
Nuit à Casa Marcial à Besalú: Le petit-déjeuner y est excellent et délicieux. On a bien profité du jardin qui est tellement agréable. En plus, il dispose d’un local pour les vélos.

Il n’y avait que 27 km à parcourir ce jour-là entre Figueres et Besalú. Vous allez dire qu’on est des fainéants 🙂 Mais si vous nous suivez depuis quelques temps, vous pouvez remarquer notre mode de voyage et mode de vie. On n’est pas des férus de vélo et on veut profiter des visites et des prises de vue approfondies à chaque passage.

Se situant en bordure du parc naturel de la zone volcanique de la Garrotxa, Besalú fut la capitale d’un comté indépendant portant le même nom du IXème siècle au XIIème siècle.

Nous sommes restés deux jours à Besalú, un passage merveilleux nous permettant de découvrir une petite cité médiévale qui est encore très bien préservée et entretenue : dédale de rues étroites et pavées qui serpentent, pont médiéval, petites places toutes aussi mignonnes les unes que les autres, etc…Il y a tout pour nous plaire ! Amoureux des vieilles pierres, Jérôme était aux anges !

Pour vrai dire, Besalú n’est pas grande. En une journée, on peut largement parcourir toutes les rues de la cité. Mais on n’a pas regretté d’être restés deux jours. L’ambiance y est géniale.

Village médiéval de Besalu en Catalogne
En empruntant ce pont médiéval, on a accès au village de Besalú
Le pont médiéval de Besalú en Catalogne
Sous le pont médiéval de Besalú coule la Fluvià

Autour du parc de la zone volcanique de la Garrotxa en Catalogne

Besalú à Sant Joan les Fonts [22 km] // 410 m de dénivelée // Nuit à Pensió l’Estada
Sant Joan les Fonts à Santa Pau [19 km] // 244 m de dénivelée // Nuit à Can Menció : on n’a rien à dire sur la propreté. La chambre est un peu petite mais ce n’est pas un grand problème. Le petit-déjeuner n’est pas proposé lors de notre séjour.

Eh oui, il y a des volcans en Catalogne ! Qui l’eût cru ?

Le parc naturel de la zone volcanique de la Garrotxa regorge d’espaces verts et chemins de randonnée. Depuis Besalú, nous avons fait une boucle afin de découvrir quelques communes du parc.

Dans l’ensemble, le trafic n’est pas dense sur les routes. Les automobilistes sont respectueux envers les cyclistes, ce qui est très appréciable. Depuis Besalú jusqu’à Sant Joan les Fonts, nous avons suivi la route N-260z en passant par Castellfollit de la Roca, petit village perché sur une falaise basaltique. La vue depuis la route sur cette commune est absolument impressionnante.

Le séjour à la pensió l’Estada était très agréable. Les propriétaires du lieu, très accueillantes et souriantes, tiennent aussi un bar dont l’ambiance est vraiment sympathique. Nous ne fréquentons pas souvent les bars mais on aime particulièrement l’ambiance des bars en Catalogne, tout comme ceux d’Irlande.

Après avoir visité Sant Joans les Fonts et Castellfollit de la Roca, nous nous sommes élancés en direction de Santa Pau en passant par Olot. Toutes ces communes appartiennent au parc naturel de la Garrotxa.

Voici quelques clichés de ces communes.

Sant Joans les Fonts

Castellfollit de la Roca

Castellfolitt de la Roca en Catalogne
Après quelques prises de vue du village, il faut regrimper jusqu’en haut !

Olot

Santa Pau

Pendant les cinq derniers kilomètres, nous avons pris la voie verte menant jusqu’à la partie moderne de Santa Pau.
Situé au milieu de la zone volcanique, Santa Pau est à 150 km de Barcelone et à 9 km d’Olot. Lors de notre passage, la ville était complètement endormie. On essaie d’imaginer comment ce sera pendant la haute saison. Pour notre plus grand bonheur, le temps était magnifique.

La vieille ville est entourée par des vieux remparts. En marchant sur les remparts, on peut apercevoir les jardins des habitants. Cela me fait penser à certains endroits en Alsace comme Bergheim.

Pour plus d’informations afférentes aux chemins de randonnée pédestre, vous pouvez aller sur le site web de la commune.

Catalogne à vélo
L’arrière-pays de Santa Pau depuis la voie verte
Village médiéval de Santa Pau en Catalogne
Vue sur le village médiéval de Santa Pau depuis la ville moderne

Agréable et surprenante ville fortifiée de Banyoles

Santa Pau à Banyolès [33 km] // 202 m de dénivelée et beaucoup de descente (580 m de dénivelée négative)
Nuit à Hostal Mas Ferrer

 

Voyager en Catalogne à vélo
Sur la route de Santa Pau à Banyolès : beaucoup de descente !

Banyolès fut une belle découverte catalane. Entourée de nature et de patrimoine, Banyolès est en plus une petite ville qui favorise et encourage beaucoup la pratique de vélo et les activités en plein air. Ses pistes cyclables, son magnifique lac et ses ruelles pavées médiévales font de Banyolès une ville très agréable. On pourrait s’y installer !

On a déambulé avec nos vélos dans les rues de Banyolès et a pris un déjeuner sur une terrasse entièrement ensoleillée sur une grande place à arcades. C’était le pied !

Petite note sur l’hébergement : la clim réversible ne semble pas fonctionner correctement. En plus, l’eau n’est pas très chaude. Enfin, on ne recommande pas cet hôtel qui n’est pas au centre de Banyolès.

Ville de Banyolès en Catalogne
Les remparts de Banyolès

Catalogne à vélo: informations pratiques

Système routier et voies cyclables

Les routes sur lesquelles on pédale sont en moyen et bon état. En Catalogne, nous cherchons à rouler sur les routes GI, N et C. Il y a, dans la plupart des cas sur ces routes, un accotement pour les cyclistes.  Il faut de toutes façon éviter les autoroutes A.

Dans l’ensemble, les automobilistes en Catalogne sont respectueux envers nous les cyclistes. On aperçoit assez souvent le panneau indiquant l’écartement de 1,5 m pour doubler les cyclistes.

Nous n’avons pas de carte papier mais disposons de carte de google maps et maps.me qui sont de bons compagnons de route. Pour naviguer sur les routes, on se sert plutôt de Google maps. Quant aux balades à l’intérieur des villages, on se sert de maps.me.

Matériel et équipement de vélo

Concernant les outils, pièces de rechange et équipement, nous maintenons la même organisation que pour l’Asie. C’est-à-dire, on n’a pas de modification majeure. Ah si, j’ai reçu en cadeau une nouvelle selle en cuir toute belle et toute neuve  et j’ l’adore !

Pour en savoir plus sur nos matériels de voyage à vélo, on vous invite à consulter notre article déjà publié à ce propos.

Au niveau vestimentaire, on a ajouté quelques vêtements chauds pour temps froid. De mon côté, j’ai emmené des t-shirts respirants à manche longue, t-shirt thermique et veste imperméable contre le vent et la pluie. Nous allons mettre à jour notre billet sur le matériel prochainement.

Climat

Le temps est idéal pour le pédalage depuis notre départ jusqu’à maintenant. La température varie en fonction des jours, allant de 3 à 8 degrés le matin avant midi, puis de 8 à 20 (voire 22 degrés certains jours) entre midi et 15h. Il fait froid dans les descentes et en début de la matinée, mais on n’a pas à se plaindre vraiment.

Hébergement

Hostal la Fonda à Cadaqués

Les hébergements sont vides. Parfois on est seuls clients. Mais je pense qu’il faut tout de même réserver à l’avance. Si vous débarquez et cherchez une chambre d’hôtel à Santa Pau par exemple, il n’y aura peut-être personne pour vous accueillir. Et puis, plusieurs établissements ferment en hiver.

On vous conseille de vous munir d’un forfait téléphonique qui vous permet d’effectuer les appels en illimité en Europe. Cela sera utile en hors saison de prévenir votre hôte que vous êtes arrivés pour qu’ils viennent vous donner les clés.

On n’a rien à dire sur la propreté des lieux. Les hébergements sont très corrects. Le seul bémol c’est que le chauffage (la clim réversible) n’est en général pas efficace. La chambre est chauffée mais la salle de bain par exemple est assez froide.

NOTE – Le fait de réserver votre hébergement via notre lien dans cet article nous permettra de recevoir une commission de la part de Booking. Cela ne vous coûtera pas plus cher et nous encouragera dans notre travail sur ce blog de vous fournir des informations afin de préparer votre voyage. Merci pour votre soutien.

Nourriture

Jusqu’à maintenant, on se régale de la nourriture catalane. Plusieurs choix s’offrent à nous : jambon ibérique, patatas bravas, omelettes aux pommes de terre, butifarra (saucisse spécialité de la Catalogne), etc…

Le midi on opte souvent pour un sandwich au soleil. Et puis, on se fait plus plaisir le soir en allant au restaurant. On trouve souvent des formules « entrée, plat et dessert » pour 10 à 12 euros.

Il faut noter que les horaires d’ouverture des commerces en Espagne diffèrent de ceux en France. Entre 14h à 17h, plusieurs commerces sont fermés. L’activité se reprend à 17h et finit tard jusqu’à 21h.

Langue

Avec deux, trois mots d’espagnol, on arrive à se faire comprendre. Mais parfois on a un bug car les gens parlent catalan donc il faut deviner le sens.

Si vous voulez vous initier à l’espagnol (ou d’autres langues), on vous recommande le site Busuu qui est très pédagogique pour les débutants. Les cours sont gratuits mais pour aller plus loin dans la révision et la grammaire approfondie, c’est payant.

ARTICLES POUVANT VOUS INTERESSER

2 réflexions au sujet de “Catalogne à vélo : de Portbou à Banyoles via Figueres”

    • Hey Ale,

      Hope you are doing well.

      Grazie mille !

      I’m not sure that Thy said « brava », she would say : « you are really crazy guys » or « tui lạy bà » or something like that, haha.
      Anyway, we can’t wait to see you.

      Besos

      Thanh

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.