Voyager en Chine : des choses à savoir

Voyager en Chine : des choses à savoir

La Chine est pour moi un pays fascinant et tellement contrasté. Je ne sais pas vous mais j’ai parfois le sentiment d’être dans une scène de « lost in translation » lors de notre voyage en Chine. Pour tout avouer, j’avais des préjugés et des clichés sur la Chine avant d’y être. Après avoir mis les pieds sur le sol chinois, j’ai pu constater que certains clichés sont véridiques, tandis que d’autres ne le sont pas.

Après deux mois de voyage dans l’Empire du Milieu notamment au Yunnan, je me permets de vous livrer des choses à savoir pour organiser votre voyage en Chine. La durée de deux mois n’est pas longue, elle n’est pas courte non plus pour un premier voyage. En sachant que les remarques ci-dessous n’émanent que de mes avis très personnels.

Quoi qu’il en soit, la Chine (avec le Laos et la Thaïlande) est le pays où on a vraiment très envie de retourner pour découvrir d’autres provinces que le Yunnan.

Voyager en Chine choses à savoir
Bienvenue en Chine ! Vous ne verrez pas trop de l’anglais ici

L’argent en Chine

La devise utilisée en Chine est le Renminbi

Renminbi, ou RMB en abrégé, est le nom officiel de la devise utilisée en Chine. En France, nous la connaissons sous le nom de « yuan ». Cependant, vous allez entendre une autre prononciation en langage parlé qui sera « kwai ». Sur des affiches, factures ou n’importe quel document, ce sera RMB. Notez qu’il y a une seule et unique devise utilisée dans toute la Chine.

1 EUR = 7,86 RMB

Quels modes de paiement en Chine ?

En Chine, les cartes bancaires n’ont pas leur place. En effet, les paiements s’effectuent essentiellement via le smartphone. Il suffit de scanner un code QR dans une boutique, un supermarché, un restaurant ou même un stand de street food ! Eh oui, on n’arrête pas le progrès !

Une fois en Chine, il me paraissait étrange de ne pas voir les gens payer. Après avoir vu à plusieurs reprises des gens scanner le code barre affiché, j’ai enfin compris l’intrigue.

Plusieurs émetteurs de ce mode de paiement entrent dans cette bataille pour gagner leur part de marché. Parmi ceux-là, il y a Alipay et Wechat qui prennent la tête de cette liste.

Les paiements en cash existent encore mais on en a vu très très peu. Par ailleurs, on se trouve de temps à autre dans des situations embarrassantes : des commerçants n’ont pas assez de monnaie à nous rendre 🙁 Au final, on arrive heureusement toujours à s’en sortir.

En revanche, si vous pensez à rester longtemps en Chine, il est préférable d’opter pour Wechat afin de faciliter les transactions.

Où effectuer des retraits ?

Oubliez les paiements par carte bancaire ! Peut-on régler la chambre d’hôte au milieu des gorges du saut du tigre par carte bancaire ? Que nenni! Il est donc nécessaire d’avoir assez d’argent liquide sur vous.

Il y a plusieurs banques disposant de distributeurs en Chine. Néanmoins, ces distributeurs n’acceptent pas toutes les cartes. Avec notre carte N26, on arrive à effectuer des retraits chez deux banques :

  • ICBC ( Industrial and commercial bank of China)
  • ABC (Agriculture Bank of China)

Lors de notre voyage à vélo au Yunnan, nous avons eu du mal à trouver un distributeur de ces banques dans des milieux ruraux. Préférez les retraits dans des villes importantes pour ne pas se trouver coincé par la suite.

Pourboire en Chine

La règle d’or : surtout ne donnez pas de pourboire en Chine. À la différence de certains autres pays d’Asie, les chinois trouveront étrange si vous voulez donner un pourboire.

Donc, vous dites juste merci et récupérez votre monnaie. En revanche, une bouteille d’eau ou de boisson seront plus appropriées que de l’argent dans ce cas.

Transport et le système routier en Chine

Voyager à vélo en Chine est-il approprié?

Nous avons parcouru près de 1 300 kilomètres en Chine avec nos yaks, essentiellement au Yunnan et un petit peu au Sichuan (la partie frontalière avec le Yunnan). On constate que le réseau routier chinois est extrêmement développé, beaucoup plus que ce que l’on croyait.

En effet, des constructions de nouvelles routes sont omniprésentes. Il existe une route, il faut construire une autre route qui est juste en parallèle et qui est plus haute, plus large et plus performante. Si aucun travaux n’était engagé, ce ne serait plus la Chine !

Il s’avère parfois délicat et difficile de trouver notre chemin et de ne pas se perdre au milieu d’une autoroute de malade. Mais Jérôme arrive dans la plupart des cas à trouver des routes tranquilles. Néanmoins, il arrive qu’on pédale sur des portions en travaux et ce nest pas chose aisée.

Et comment est le trafic ?

Il y a longtemps, j’ai eu l’image des forêts de vélos sur les rues de Pékin à la télévision. Mais cette image reste de nos jours un beau vestige des temps modernes.

En Chine, on roule à droite. Dans des villes de taille moyenne à grande, il y a beaucoup de scooters et vélos électriques qui circulent. Souvent, une petite voie est réservée aux utilisateurs de deux-roues. Il ne faut pas oublier des triporteurs qui s’incrustent aussi à cette voie.

Les automobilistes sont en général respectueux envers les cyclistes. En montagne, ils klaxonnent souvent à chaque virage mais sinon ce n’est pas insupportable.

Sur les panneaux de signalisation, les destinations sont affichées à la fois en caractères chinois et en pinyin (c’est-à-dire avec nos caractères). Il est donc plutôt simple de se déplacer.

En plus, il n’est pas rare de voir des indications de directions (nord, sud, est et ouest).

Prendre des bus locaux en Chine

Trouver un bon bus qui accepte des vélos et pouvoir acheter des billets ne constituent pas des missions faciles quand on est en Chine et quand on ne maîtrise pas parfaitement la langue.

Comme déjà évoqué dans l’article sur Weishan, il faut indiquer au vendeur de billets la destination finale du bus en mandarin. Par exemple, si vous voulez aller à Dali, il faudrait indiquer Xiaguan et non Dali. Cherchez donc le nom de la station de bus en mandarin et montrez-le au vendeur de billets. Sinon, la communication risque d’être compliquée.

Il y a souvent des poubelles avec des sachets en plastique qui servent de crachoirs dans la plupart des bus.

Contre toute attente, les bus en Chine sont propres

La vie sur place en Chine

Hébergements

Comme nous nous déplaçons à vélo, nous vérifions avant chaque étape la disponibilité des hébergements là où on veut aller. Ensuite, on décide la distance de cette étape en fonction de la disponibilité des hébergements.

On peut trouver des hébergements tous les 50 kilomètres dans le Yunnan. Cette distance est vraiment raisonnable. À souligner que les autorités chinoises ont tendance à vous suivre à la trace et par conséquent elles préfèrent que les touristes étrangers soient enregistrés dans un établissement. Le camping sauvage ou le bivouac sont donc fortement déconseillés.

Il faut noter que le processus d’enregistrement des touristes étrangers est fastidieux. C’est pour cette raison que certains établissements n’ont pas envie de recevoir des étrangers. Nous avons rencontré ce problème lors de notre voyage. Préférez les grands établissements qui ont l’habitude aux petits guesthouses dans ce cas.

Dans des endroits touristiques, vous n’aurez probablement pas cette difficulté. Mais avec notre moyen de déplacement, on se trouve souvent au milieu de nulle part et on prie qu’ils nous acceptent pour passer la nuit.

Nous vous conseillons de réserver votre établissement si vous êtes dans des endroits prisés des visiteurs. Et puis, n’oubliez pas de demander le nom et l’adresse en mandarin de l’établissement.

Wifi et connectivité

La plupart des hôtels offrent une connexion Wifi qui est plutôt bonne. Chaque chambre a une connexion Wifi privée presque partout. Le nom de la connexion est le numéro de votre chambre. Concernant le mot de passe, vous pouvez essayer 8 fois 8 et ça fonctionne ! En effet, le chiffre 8 est un chiffre porte-bonheur des chinois. Bien que je ne sois pas spécialiste en mandarin, la prononciation de ce chiffre ressemble beaucoup à celle du mot « fortune ».

Comme on le sait, plusieurs sites sont censurés en Chine. Afin de pouvoir naviguer en toute tranquillité, il faut être muni d’un VPN. Qu’est-ce que c’est et comment s’en servir? Vous aurez les réponses à toutes ces questions dans notre article détaillé sur les VPN ici.

Carte SIM

On s’en est sorti sans carte SIM durant tout notre séjour dans l’Empire du Milieu. Nous avons pourtant essayé d’acheter une carte SIM sans succès ! Encore une fois, les touristes étrangers sont très désavantagés en la matière.

Selon ce qu’a dit notre hôte à Lijiang, il est possible d’acquérir une carte SIM dans des endroits touristiques (encore une fois). En revanche, cela ne fonctionne que dans la province où vous achetez la carte.

Demande de visa chinois et de son extension

chine
La demande de visa pour la Chine et de son extension est fastidieuse

La durée de validité de notre visa est de 30 jours (en juin 2019). Il semblait qu’on pouvait demander jusqu’à 60 jours mais on n’a pas réussi à obtenir cette durée. Du coup, on devait demander une extension. La démarche a été assez folklorique !

Nous expliquerons plus en détail la démarche de demande de l’extension de visa dans un autre article. En deux mots, il faut que vous consultiez le site de Caravanistan afin d’obtenir les informations à jour liées au bureau d’immigration (PSB) ainsi que les documents justificatifs nécessaires.

En ce qui concerne les documents, le plus important c’est le papier émis par votre hébergeur prouvant l’enregistrement de votre séjour auprès des autorités locales. Il faut donc insister auprès de votre hôte afin d’obtenir cette fameuse attestation. Malgré tous nos efforts, on n’a pas réussi à l’obtenir. Résultat des courses : on devait galérer auprès de la police locale et a perdu pas mal de temps. Le reste de la procédure s’est effectué sans encombre.

L’extension de visa dure de nouveau 30 jours.

La nourriture et la culture du thé

Par rapport à la nourriture vietnamienne ou d’autres nourritures que je connaisse, la cuisine du Yunnan est plus grasse. Ça baigne souvent dans l’huile ou de la graisse animale. Par ailleurs, elle est aussi piquante et épicée. L’utilisation de l’ail et de l’oignon est vraiment très fréquente.

Jérôme adore la nourriture du Yunnan. De mon côté, j’aime aussi certains plats mais je trouve en général que c’est trop gras et trop salé. En tant que fille, on fait un peu plus gaffe au côté diététique :))

Les restaurants et gargotes en Chine disposent souvent d’un grand réfrigérateur à vitre. Il suffit de pointer des ingrédients, préciser le niveau de piment et hop là on sera servis. C’est quand même bien pratique quand on ne maîtrise pas la langue à merveille.

Voyager en Chine
Il n’y a que l’embarras du choix !

Beaucoup de chinois se baladent avec une thermos de thé ! Il n’est pas rare de voir un bouilloire dans chaque chambre d’hôtel. Puis, chez des gens et dans des établissements, on peut facilement trouver une table à service de thé. En revanche, trouver du café n’est pas chose aisée en Chine.

boutique de thé
Les boutiques de thé sont partout en Chine. En revanche, le café n’a pas sa place 🙁

Et la bouffe végétarienne?

Il est vraiment très facile de manger des plats végétariens en Chine. Évidemment, il ne faut pas que vous soyez végétalien parce que des chinois cuisinent souvent avec de la graisse animale.

Plusieurs choix de légumes et de verdures s’offrent à vous. Nous n’avons aucune difficulté pour manger végétarien. Cependant, on mange souvent les mêmes choses au bout d’un moment : maïs, aubergine, pommes de terre, haricots verts, champignons, œufs à la tomate, tofu, choux-fleur, brocolis, etc…

La santé en Chine

Pharmacies en Chine

En dehors de quelques diarrhées par ci par là, nous n’avons pas rencontré de problèmes de santé en Chine heureusement !

On trouve facilement des pharmacies dans les villes de taille moyenne à grande. Les pharmaciens n’arrivent pas à lire le caractère latin (dans la plupart des cas) donc apportez avec vous la traduction des médicaments en mandarin.

N’oubliez pas vos cachets anti-diarrhéiques ! Avec le Laos, c’est en Chine qu’on a eu le plus souvent des diarrhées suite à l’abus de piments.

L’eau potable en Chine

L’eau du robinet n’est pas potable. Afin d’éviter les bouteilles d’eau en plastique, nous faisons bouillir de l’eau la veille pour pouvoir en boire le lendemain sur la route. C’est très rare qu’il n’y ait pas de bouilloire à l’hôtel.

Mettre un masque pour pédaler

Bien que beaucoup moins poussiéreux que les routes au Laos, j’ai tout de même besoin d’un masque pour pédaler. Le masque est un super accessoire pour me protéger à la fois de l’UV et de la poussière.

Par ailleurs, quand on traverse des zones de culture, le masque est très utile en cas d’odeurs provoquées par de l’urée.

Toilettes publiques en Chine

Dans des hôtels de l’entrée de gamme où nous avons séjourné, il y a des toilettes turques. C’est simple et propre en général.

En revanche, les toilettes publiques dans des stations de bus sont généralement sales. Il n’y a pas de jet d’eau ni de papier de toilettes, donc munissez-vous de papier toilettes ainsi que de gel nettoyant.

Divers

Est-il sécurisé de voyager en Chine ?

C’est une des questions que beaucoup d’entre vous se posent certainement. La réponse est OUI, absolument. On se sentait vraiment en sécurité pendant tout notre trajet en Chine.

Les chinois qu’on avait rencontrés sont courtois et discrets. Par contre, quand vous êtes à côté d’un groupe, c’est sûr que c’est très bruyant. Sinon, ils sont loin de l’image que l’on a des touristes chinois en France.

Jours fériés et vacances

Il faut vraiment éviter de vous rendre dans des endroits touristiques pendant des vacances car vous risquez d’être submergé ! Les plus grandes vacances des chinois sont constituées de la fête du nouvel an (au mois de janvier ou février selon le calendrier lunaire) et la fête nationale qui tombe a première semaine d’octobre.

Barrière de la langue

On vous conseille d’apprendre un peu de mandarin avant votre séjour en Chine. Sinon ça risque d’être délicat et compliqué dans certaines circonstances.

Ne vous attendez pas à ce que les chinois parlent anglais, c’est très rare ! Même dans les endroits touristiques, les hôteliers ne parlent pas forcément anglais.

Lavage de linges en Chine

Nous n’avons pas eu de problème pour le lavage de linge sale. Vous pouvez demander à l’hôtel. On peut donc se servir de la machine disponible à l’hôtel sans avoir besoin de payer. C’est marrant de voir que la plupart des gens utilisent encore les machines à laver manuelles. Vous perdrez donc un peu de temps car il faut essorer et remplir de l’eau manuellement.

 

Des ressources pour apprendre le mandarin :

  • Chinese Pod: le site offre des cours de chinois sous format MP3 pour tous les niveaux. Pour votre information, les cours sont en anglais. Jérôme et moi apprécient beaucoup les méthodes appliquées de la part de Chinese Pod.
  • Assimil chinois : l’incontournable méthode pour apprendre une langue étrangère

 

 

ARTICLES POUVANT VOUS INTERESSER

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.