Bali: notre récit de voyage en photo

Bali: notre récit de voyage en photo

Surnommée l’île des Dieux, Bali fait partie des îles de la Sonde. Une fois la traversée en ferry depuis l’île de Java terminée, nous voilà arrivés à Bali, à Gilimanuk plus précisément. Bien que seulement 5 kilomètres séparent les deux îles, on a l’impression d’être dans un autre monde par rapport à Java. 

Au milieu d’un pays où près de 90% de la population est musulmane, Bali est dominée par l’hindouisme. Après quasiment un mois passé sur l’île, on a pu constater que malgré la croissance impressionnante du tourisme, les Balinais ont su préserver leurs traditions avec les fêtes et cérémonies parfois somptueuses, ou simplement les offrandes quotidiennes qui leur sont propres. 

Nous avons essayé de nous éloigner le plus possible des coins trop touristiques, et nous l’avons réussi plus ou moins. Après un séjour assez chaotique et difficile sur l’île de Java, on a été récompensé par l’accueil et les conditions de circulation bien meilleures. Nous vous livrons quelques photos qui relatent notre découverte de cette petite île sous différentes facettes.

J’espère que ce carnet vous mettra l’eau à la bouche pour certains et rappellera des souvenirs pour d’autres. 

Une "porte d'entrée" balinaise typique à quelques kilomètres du port de Gilimanuk. Au loin, les singes sont apparus au bord de la route pour nous souhaiter la bienvenue. Le plaisir de pédaler nous est revenu !

Aperçu de notre itinéraire à Bali

On a décidé de longer la côte du nord depuis Gilimanuk, porte d’entrée de l’île jusqu’à Denpasar où on prend l’avion pour Singapour par la suite. Etant donné que Bali est beaucoup plus petite que sa voisine Java, on a le temps de s’arrêter plus souvent et de se poser dès que le lieu nous plaît.

Le choix de notre itinéraire dépend beaucoup des conditions de circulation et de la disponibilité des hébergements, comme souvent. On se renseigne si la route est dense, si l’itinéraire n’est pas trop difficile en terme de pente.

Pemuteran: agréable baie et village de pêcheurs

C’est notre première halte à Bali. Il s’agit d’un petit village de pêcheurs dans la baie au même nom situé au nord ouest de l’île. Pemuteran est connu comme le point de départ pour les randonnées autour du parc national de Bali occidental et le coin du snorkeling pour observer le vestige d’un temple sous-marin.  

On y est restés trois jours et on n’a pas fait ni de randonnée au parc national, ni de snorkeling. On s’est reposés, s’est baladés sur la plage, on a nagé, goûté des bons plats et profité de notre superbe hébergement avec la douche en extérieur. 

Yuda Mejangan Homestay  (~ 14 € / nuit) chambre à salle de bain en extérieur, à l’écart de la route principale donc très calme
C'était tellement plaisant de marcher pieds nus sur la plage de Pemuteran, d'admirer le paysage et de respirer de l'air iodé
On a pu assister au premier coucher de soleil à Pemuteran. Les couleurs étaient magnifiques
Notre premier petit-déjeuner à Bali a tellement plu à nos papilles ainsi qu'à nos pupilles
On a adoré notre séjour chez Yuda où les hôtes étaient très sympathiques et attentionnés.J'adore les fleurs de frangipaniers !
Cette statue est située dans le jardin de notre hébergement. L'ensemble des statues de bouddha et de fontaines crée une ambiance de zénitude qu'on aime

Un coucher de soleil à Lovina

Lovina fait partie des endroits incontournables à Bali. Les balades en bateau au coucher ou lever du soleil sont proposées pour aller observer les dauphins. Soucieux de leur tranquillité et de leur sort, on est sceptique face à une telle activité. 

On a pu trouver un hébergement à l’écart du centre; un superbe spectacle du coucher de soleil s’y est offert.


Gede Homestay (~ 7 € / nuit) chambre très simple mais convenable, la plage est à deux pas

Encore et toujours du coucher de soleil. Sur la photo, vous apercevez un petit bateau servant à amener des touristes voir les dauphins

Les cascades de Sekumpul

La route entre Lovina et Sekumpul s’annonçait difficile, et ce l’était réellement. La distance n’était que 23 kilomètres. En revanche, on n’a jamais autant souffert que lors des trois derniers kilomètres. 


Sugi Dege Homestay (~ 20 € / nuit) La chambre est propre et le cadre est agréable

Les agriculteurs travaillent sous une chaleur étouffante
Une petite pause s'impose avant la grimpette. On ne savait pas vraiment ce à quoi on attendait
Pour la première fois depuis notre voyage, j'ai eu les pieds à terre face à ces pentes de 20%. Sur la photo, on ne se rend pas trop compte mais la réalité était autre...
Jérôme a tenu plus longtemps que moi mais il a renoncé à ces pentes malgré toute sa volonté
Je ne l'ai jamais vu aussi épuisé. Pousser les vélos est encore plus dur vu qu'on n'a pas de muscles aux bras. Après tout, ce qui nous a tué le plus c'était de voir les touristes en scooter débarquer juste après notre arrivée au homestay
Ces pentes sont vraiment redoutables
Ce sont les premières cascades sur le chemin depuis notre hébergement. Il faut préparer de bonnes chaussures de marche pour explorer d'autres cascades et les rizières en terrasse dans les environs
Encore environ 20 minutes de marche pour accéder à ce trio des cascades. On était à temps car 10 minutes plus tard, des groupes de touristes ont débarqué. Notre conseil est de commencer assez tôt dans la matinée afin d'éviter la foule ainsi que la chaleur. Il est tout à fait possible d'effectuer la balade soi-même sans guide
Qu'est-ce qu'il fait bon au milieu de cet environnement !
En gros plan. On n'arrivait pas à capturer la totalité des paysages
Il s'agit d'un temple hindou balinais sur le chemin du retour. Une partie s'est gravement effondrée
C'est la vue depuis notre chambre à Sekumpul: à gauche au premier plan, vous voyez les girofliers. Le seul bémol c'était qu'on devait entendre les cocoricos durant quasiment toute la journée et aussi la nuit
Les fleurs de giroflier. Les Indonésiens les cultivent énormément dans certaines régions pour l'industrie du tabac. Eh oui, les cigarettes sont parfumées aux clous de girofle, s'appellent "kretek" en indonésien

Tejakula: séjour court mais intense

Tejakula est sans doute notre coup de cœur du périple balinais. Bien que très court comme séjour (seulement une nuit), on a pu profiter de la plage et de la sérénité régnant dans ce tout petit village de pêcheurs. 

Fisherman homestay à Tejakula (~ 20 € / nuit) Oui on s’est fait plaisir et cela valait vraiment le coup. Vous pouvez le réserver sur AirBnb
Après l'effort c'est le réconfort bien mérité !
Un petit verre de bienvenue. On a été bercés par le gargouillement des vagues. C'était fabuleux !
La plage était rien que pour nous. Il fallait juste parvenir à marcher sur les rochers granuleux
Cela fait longtemps qu'on n'a pas de hamac donc on en profite

A la recherche de l'ancienne royauté à Amlapura

Amlapura était autrefois la capitale de l’ancien royaume Karangasem. Afin d’être immergé dans ce patrimoine royal, on a décidé de dormir dans un ancien palais du dernier roi. La chambre en soi n’est pas exceptionnelle mais l’expérience fut enrichissante. On a été contents de pouvoir discuter avec un des descendants du dernier Rajah, qui nous a appris beaucoup de choses sur la régence de l’ancien royaume. 

Palais Puri Karangasem ( ~ 30 € / nuit) L’expérience est insolite, en revanche le prix est assez élevé par rapport à la qualité
Visite du palais Taman Ujung: 50 000 roupies / personne
Il suffit de prendre les petits chemins pour être en pleine immersion de la vie des locaux. Ce sont des décorations à base des cocotiers et des guirlandes en papier de toutes les couleurs et motifs. A ce moment de l'année, ils fêtent la pleine lune
C'est impressionnant de voir ces offrandes tenues en parfaite équilibre sur la tête de ces femmes. Elles sont sur leur chemin menant au temple du village. Dans les paniers, il y a toutes sortes de fruits, de gâteaux et de poulet roti
Temple typique des hindous balinais sur notre chemin menant à Amlapura. Cette porte d'entrée s'appelle "candi bentar"
Le mont Agung vu depuis notre chemin vers Amlapura. En 1963, une majeure éruption a engendré près de 2000 morts. Sa dernière éruption date de novembre 2017
Notre hôte nous a emmené visiter le palais aquatique de Taman Ujung qui est à 5 kilomètres d'Amlapura. Après avoir grimpé sur la colline, vous aurez une vue magnifique sur l'ensemble du palais bordé par la mer. Cette visite fut très agréable et intéressante. D'autant plus que c'était calme car peu de touristes s'y aventurent
Les arcades mènent au principal palais
Le palais Ujung a été construit dans les années 30. Il a été ensuite gravement détruit suite à l'éruption du mont Agung dans les années 60 et au tremblement de terre quelques années plus tard

Le palais aquatique de Tirta Gangga

Ce palais a été construit sous l’initiative et le souhait du dernier Rajah du royaume Karangasem en 1948. A seulement 7 kilomètres d’Amlapura, ce palais est maintenant devenu un des palais aquatiques les plus visités de Bali. 

Tirta Gangga signifie littéralement l’eau du Gange. Le palais a été complètement détruit suite à l’éruption du mont Agung en 1963. Il a été dès lors rénové et ouvert au public. 


Pondok Lembah Dukuh Homestay (~ 11 € / nuit) Le rapport de qualité-prix est excellent

Prix du ticket d’entrée: 30 000 rp (~ 1,7 € / personne)

Le palais Tirta Grangga est plus petit que celui d'Ujung mais beaucoup plus touristique. On a donc décidé de passer la nuit dans un homestay situé à 5 minutes du temple afin de pouvoir le visiter dès l'ouverture. Cela valait le coup car il y avait seulement deux autres touristes à ce moment là
On s'amuse avec des marches émergentes. Plusieurs poissons attendent des victimes :))

Sidemen: havre de paix balinais

Sidemen est un petit village situé dans une vallée verdoyante entourée de rizières à perte de vue et de plantations du piment, du maïs. Deux jours semblaient assez courts et on aurait aimé rester encore un peu plus longtemps. 

Le trajet entre Tirta Gangga et Sidemen était plaisant avec de jolis paysages et pas beaucoup de trafic. 


Embang Homestay (~ 23 € / nuit) Superbe hébergement qui vaut le détour, l’accueil est particulièrement chaleureux, le cadre est magnifique

Superbe vue depuis notre chambre. L'air y est pur. Et puis, on n'avait pas besoin de climatisation pour dormir c'était royal !
Petite balade dans les rizières. On voulait aller au village se trouvant en face de Sidemen...
Mais on devait faire demi-tour car les sentiers n'étaient pas clairement indiqués, et que je ne voulais pas traverser cette rivière, grrrrr

Ubud: victime de son succès

Devenu extrêmement connu suite au best-seller « Mange, prie, aime » accompagné de son adaptation au cinéma, Ubud est l’incontournable à Bali. Nous, on y est allés par curiosité plus que par envie. Je n’ai pas connu ce livre jusqu’à ce que je me renseigne sur Ubud. 

La réalité a confirmé ce qu’on pensait de ce village transformé en usine à touristes en quelques années seulement. Petit village transformé en une petite cité où l’embouteillage et l’apparition des boutiques pour des touristes trônent. 

Toutefois, il y a l’embarras du choix afférent aux nourritures, notamment végétariennes. On s’est régalés et c’était trop cool 🙂 


Tara House ( ~ 14 € / nuit) Très bon rapport-prix, le petit-déjeuner est copieux, le propriétaire est avenant et sympathique

C'était la seule balade qu'on avait faite à Ubud: le Campuhan Ridge. Comme beaucoup de visites à Bali, il est conseillé de partir tôt le matin ou en fin d'après-midi pour éviter la chaleur. Cette balade n'était pas à tomber par terre
Des toits typiques d'un temple (pura) sur la balade Campuhan Ridge
Les petites offrandes "canang sari" vendus au marché d'Ubud
A l'intérieur d'une maison traditionnelle balinaise
Bien que Ubud ne nous a pas séduit, ses nombreux restaurants nous ont offert beaucoup de bons choix, notamment végétariens. Sur la photo, vous voyez le plat nommé "Nasi Campur" (qui signifie riz mixte)

Les rizières en terrasse de Jatiluwih

Notre effort a été bien récompensé par de superbes rizières en terrasse à perte de vue. On a réussi à faire une petite balade à vélo au milieu des rizières et cela valait le détour. 


Homestay Jatiluwih 259 (~ 17 € / nuit) Chambre propre et cadre agréable. Le seul problème était de monter les sacoches jusqu’en haut après une dure journée sur selle

Le premier point de vue sur la vallée
Le lendemain on a pris nos vélos pour explorer les alentours
Plusieurs sentiers de balade sont mis à disposition. On a choisi celui qui est compatible avec les vélos

Nos ressources pour préparer le voyage

  • Choix du trajet: Planificateurs à contresens et Openrunner pour vérifier les dénivelés
  • Choix des hébergements: grâce à la fonction de recherche à la fois sur l’application Maps.me et Google maps
  • Informations pratiques sur les lieux ciblés: guide du voyage Travelfish (en anglais)
  • Réservation des hébergements: Booking.com ou Agoda.com ou encore AirBnb
  • Connectivité: carte SIM TELKOM avec plusieurs options liées au volume de 3G. Il est possible de l’acheter dans n’importe quelle boutique de téléphonie 

Nos matériels de photo

Comme déjà évoqué dans cet article sur le matériel du voyage, on n’a pas changé nos appareils photo depuis. Donc, Jérôme se promène avec son Sony Alpha Nex 6, tandis que moi avec un Sony Alpha Nex 5. On est toujours aussi contents du résultat. 

Certaines photos ont été retouchées grâce au logiciel Luminar

D'autres informations pratiques

  • Quand partir ? La saison des pluies dure de novembre à avril. On y était au cours de la fin de septembre et tout le mois d’octobre et il faisait très beau, surtout très chaud. A notre avis, le meilleur moment pour Bali (notamment pour pédaler) c’est d’y aller vers la fin de la saison sèche ou le début de la saison des pluies. 
  • Code vestimentaire pour visiter les temples: il est obligatoire de mettre un sarong pour entrer dans les temples hindous. Concernant les temples touristiques, les sarongs sont à emprunter ou à louer à l’entrée. Vous pouvez en acheter un pour être autonome partout. 
  • Code vestimentaire pour le quotidien: il est conseillé d’avoir un haut qui couvre des épaules par respect des habitants
  • Enlever les chaussures lors de l’entrée dans les temples
  • Ne pas entrer dans les temples en cas de menstruation
  • Ne pas piétiner les petites offrandes colorées (panier aux pétales de fleurs) que vous voyez probablement par terre
(*) L’article contient certains liens d’affiliation. Si vous réservez les hébergements via l’article, vous ne payez pas davantage mais cela nous permet de recevoir une petite commission. 

ARTICLES POUVANT VOUS INTERESSER

3 réflexions au sujet de “Bali: notre récit de voyage en photo”

  1. Je comprends votre enthousiasme : c’est vraiment magnifique.
    Et tout a l’air si calme… Peut-être le plus beau pays de votre voyage ?

    • Sur les photos, tout a l’air calme, sauf si les coqs se mettent à chanter et les locaux font des cérémonies. Sans oublier les volcans actifs aux alentours…

    • Hmmm le plus beau ? Dur à dire. Champassak, Wat Phou et la boucle de Tha Khek au Laos étaient aussi très jolis; à Bali, l’avantage était d’avoir des paysages variés, des palais et temples très photogéniques. Ce qui est sûr, c’est qu’en terme d’hébergements, Bali est clairement le top. Il faut juste faire abstraction des tsunamis, volcans et autres tremblements de terre, et c’est le pied 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.