Après la première boucle du plateau des Bolaven, vient la deuxième aussi intéressante soit-elle, qui est la boucle de Thakhek. La ville de Thakhek est souvent choisi comme le point de départ de la boucle. Quant à nous, c’est le point d’arrivée car on a commencé à pédaler à Vientiane.

Au tout début de l’escapade, le temps était menaçant. Finalement, on était encore gâtés

On se demande pourquoi cette boucle est intitulée « Thakhek » étant donné qu’on n’a trouvé aucun intérêt à la ville de Thakhek. Peu importe, le plus important c’est qu’on a apprécié d’avoir exploré ce coin encore préservé du Laos. Les paysages sont variés, des forêts aux grottes en passant par les fameux monts karstiques de la région Khammouane.

boucle de Thakhek
On trouve ces impressionnants rochers tout au long de la boucle

Aperçu de notre itinéraire de la boucle de Thakhek

Nos étapes sont les suivantes:

Na Hin –> Kong Lor –> Na Hin –> Lak Sao –> Tha Lang –> Na Kai –> Thakhek

Nous étions sur selle et nous élancions vers Nahin depuis Vientiane. Il nous a fallu 4 jours de pédalage pour arriver à Na Hin où les choses sérieuses commençaient !

Monts karstiques aux alentours de Na Hin

Boucle de Thakhek, monts karstiques
Des couches et des couches de pierre à perte de vue

Sur cette étape, j’ai eu ma première crevaison, la première d’une petite série noire ! Muni d’expérience de la dernière crevaison sur son vélo, Jérôme était prêt à se confronter à résoudre ce problème. Toutefois, il a galéré pour pouvoir ôter la chambre à air du pneu. Après une quarantaine de minutes de transpiration et d’effort sous l’arbre et sur les bouses de vache, me voilà avec un pneu bien gonflé.

Les montées s’achevaient à sa fin. Après l’effort, vient le réconfort. Un petit panneau indiquant le point de vue sur les forêts en pierre. Devant nous, un panorama somptueux de pics à perte de vue s’affichait. On n’avait qu’à prendre notre temps pour contempler ces superbes paysages.

Arrivés au village de Na Hin (ou Khounkham de son ancien nom)

La route reliant Vientiane et Na Hin est étonnamment de bonne qualité, à l’exception de quelques petites portions gravillonnées.

Notre objectif était de faire une cinquantaine de kilomètres chaque étape. C’était assez raisonnable comme distance. La chose la plus difficile était de se lever et de se mettre sur les selles.

Boucle de Thakhek, monts karstiques de Khammouane
La route menant à Na Hin, ce n’est pas encore très pentu sur la photo…

Nous voilà arrivés à Na Hin, sains et saufs. Alors, Na Hin n’est pas une mégalopole mais un village laotien qui s’étend sur deux rues principales. Quelques maisons, quelques vaches sur des prairies bien rasées, quelques enfants qui s’époumonaient pour nous dire bonjour, des gargotes, épiceries, guesthouses…

Une nuit de repos nous a permis de reprendre des forces pour pédaler une quarantaine de kilomètres jusqu’au village de Kong Lor où se cache la grotte du même nom.

Aussi étrange que cela puisse paraître, on se sent super bien dans ces endroits au milieu de nulle part. On se dit souvent que notre vie parisienne trépidante est vraiment loin derrière nous !

Découverte de la grotte de Kong Lor

Grotte de Kong Lor
Un passage angoissant sur la route reliant Na Hin et Kong Lor

La grotte de Kong Lor est classée l’un des plus plus beaux sites naturels du Laos et de l’Asie du Sud-Est. Elle mesure 7,5 kilomètres de longueur, et doit se visiter avec des petits bateaux motorisés car c’est la rivière Hin Bun d’un bleu turquoise qui la regorge. Il s’agit d’un site incontournable de la boucle de Thakhek.

Grotte de Kong Lor, boucle de Thakhek
A l’entrée de la grotte de Kong Lor
Les arbres bordant le chemin menant à la grotte. Ce chemin n’étant pas praticable en saison des pluies

Pour être franche, je n’étais pas très à l’aise lors des premières minutes sur le bateau et dans le noir. Peut-être s’agissait-il du début d’une claustrophobie aigüe 🙂 Jérôme, quant à lui, était beaucoup plus enthousiaste.

La visite en bateau dure environ trois heures. Les gilets de sauvetage sont distribués à l’entrée de la grotte. Pensez à louer une lampe frontale ou à emmener la votre si vous l’avez. De notre côté, on a complètement oublié la lampe frontale ce qui n’était pas très malin.

Grotte de Kong Lor, boucle de Thakhek

Au bout d’une quinzaine de minutes, le conducteur du bateau nous invite à en descendre afin de visiter une formation calcaire et rocheuse impressionnante. Ensuite, on a repris le bateau dans l’obscurité.

Dans ces ténèbres, est survenu de temps à autre l’écho de nombreuses chauve-souris importunées par le moteur des bateaux.

Outre l’attraction unique du village, Kong Lor est un lieu paisible entouré de monts karstiques, de scènes à la fois rurales et rustiques.

Dans cette région, l’élevage des chèvres est répandu. Mais pourquoi n’y-a-t-il pas de fromage??

Entre Lak Sao et Tha Lang

Après deux jours de repos, nous avons enfourché nos pédales pour s’élancer en direction de Lak Sao.

C’était une dure étape qui demandait beaucoup d’effort physique à cause des montées à 10% pendant plusieurs kilomètres. On le savait, et pourtant on a assez souffert.

Avant d’atteindre Tha Lang, on a dormi une nuit à Lak Sao. Cette ville de taille assez importante ne nous a pas laissés un souvenir impérissable.

En revanche, les paysages étaient magnifiques

Comme vous pouvez le remarquer, le lieu de Tha Lang est introuvable sur la carte. En effet, le Laos a construit ici un barrage pour une centrale hydraulique. Cette édification est la cause de suppression de nombreux villages et la modification de l’écosystème. Désormais, on n’aperçoit que des squelettes des arbres pointés sur des terres boueuses et brunâtres. Les paysages paraissaient moroses faute d’eau.

Boucle de Thakhek

A part cette particularité, le village de Tha Lang lui-même n’est pas non plus un endroit qui mérite le détour.

Ce jour-là, on avait l’impression que le trajet était interminable…

Et en partant de Tha Lang vers Nakai, j’ai eu une autre crevaison au bout de cinq ou six kilomètres. Cette fois-ci, on était à court de chambres à air. Je suis restée à une gargote au bord de la route, Jérôme devait prendre son vélo afin d’aller à Nakai où on peut avoir une chance de trouver une chambre à air. Sachant que Nakai est à environ vingt kilomètres de Tha Lang.

Une heure et demie plus tard, Jérôme est revenu mais en camionnette locale. Dans certains contextes, il ne faut pas être près de ses sous afin de trouver une solution le plus rapidement possible.

C’était dommage qu’on n’ait pas pu faire ce trajet à vélo parce que les lacets étaient très larges et surtout en descente.

De Nakai à Thakhek

Les intérêts majeurs de la boucle restent derrière nous. Le trajet entre Nakai et Thakhek n’était pas extraordinaire en terme de paysages. Le seul plaisir constituait de belles et parfois raides descentes lors des dix premiers kilomètres.

Thakhek étant notre point de fin de la boucle. La ville n’a aucun intérêt à nos yeux. On en a profité pour stocker les chambres à air. Depuis ce rive, nos yeux et nos esprits vagabondent vers l’autre rive en face où se trouve la ville thaïe de Nakhon Phanom que l’on aimait bien. Un peu de nostalgie s’installe donc…

En somme, ce qui importe et ce qui nous marque le plus souvent sur la route ce sont des étapes, des points d’arrêt et non la destination.

Bien que la destination ne présente aucun intérêt, on a pris du plaisir lors de tels moments sur la route

Informations pratiques

  • Hébergements

La qualité et la propreté des hébergements varient d’un endroit à l’autre. Nous ne recommandons que des endroits qui nous ont vraiment plus. A savoir:

* Na Hin: Sanhak Guesthouse où on se sentait vraiment bien. La propriétaire et le personnel étaient accueillants. La chambre était propre et lumineuse. Le lit était confortable. En plus, le menu proposé au restaurant est varié et les plats sont bons.

* Kong Lor: Konglor Eco-logde guesthouse & restaurant Cette guesthouse familiale est impeccable pour une petite halte dans ce village pour son prix et sa propreté.

* Tha Lang, vous avez le choix entre deux guesthouses. Nous avons opté pour Phosi guesthouse mais le personnel était très désagréable. Sinon, le bungalow était correct pour le prix proposé.

* Nakai: Papao Guesthouse. On était aussi très contents de cette guesthouse. Le rapport de qualité / prix était très bien. Quant à la propreté, c’était vraiment correct.

  • Grotte de Kong Lor

* Ticket d’entrée: Le ticket d’entrée et de balade en bateau coûte 65 000 kip par personne

* Prévoyez une lampe frontale car personnellement je ne trouve pas agréable d’être dans l’obscurité et sur un bateau qui va assez vite

  • Sens de la boucle

La plupart de touristes démarre la boucle à Thakhek, mais nous l’avons terminée à Thakhek. Si vous êtes en scooter, il n’y a pas de préférence particulière. Mais à vélo, on a été content de l’avoir fait en ce sens.

2 Commentaires

  1. J’aime bien cette phrase : »En somme, ce qui importe et ce qui nous marque le plus souvent sur la route ce sont des étapes, des points d’arrêt et non la destination ». Merci pour les indications pratiques Bravo pour votre détermination lors des crevaisons en particulier …

    • Merci de tes gentils mots. C’est vrai que les destinations en soi deviennent moins intéressantes que les étapes dans certains cas avec ce mode de voyage.

Si vous aimez cet article, partagez-le ou laissez un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.