Canang Sari: histoire des petites offrandes quotidiennes à Bali

Canang Sari: histoire des petites offrandes quotidiennes à Bali

Il est difficile de ne pas remarquer un petit panier rempli de pétales de fleurs quand vous êtes à Bali. Il s’agit d’une jolie coutume des Hindous qui consiste à placer des petites offrandes quotidiennes un peu partout. Ces petits paniers colorés s’appellent « Canang sari ». Étymologiquement, « canang » signifie petit panier en feuille de cocotier ou palmier, et « sari » signifie essence. 

 

Canang sari: un mode de vie balinais

Observer mon hôte déposer le canang sari dans la maison est devenu mon rituel préféré lors de notre séjour à Sidemen

Dès mon arrivée à Bali, la couleur bariolée de ces offrandes m’a attirée. Les premières offrandes qu’on a vues étaient placées par terre sur les trottoirs devant les maisons. Puis, on les voyait partout les jours suivants: sur la marche d’un escalier menant à la cascade, sur les branches d’un arbre, sur les bords de l’escalier de la chambre d’hôtes, sur l’arche de la maison, dans les rizières, au jardin, sur le pare-brise de la voiture. On peut également observer qu’un petit bout de feuille de bananier est placé sur les pétales de fleurs. Puis, quelques grains de riz sont mises sur ce feuille de bananier. 

Même quand ne voit pas l’offrande, il est possible de la remarquer grâce à la senteur des bâtons d’encens qui vient caresser l’odorat. Traditionnellement, Il s’agit d’un travail d’artisanat et féminin. En effet, les femmes doivent créer elles-mêmes ces offrandes. De nos jours, il se peut que certaines personnes les achètent faute de temps. 

Ce rite ancestral balinais existe depuis plusieurs siècles et reste intact jusqu’aujourd’hui malgré le développement du tourisme. Ces jolies offrandes colorées ne sont pas créées pour le plaisir des yeux des touristes. En revanche, elles font partie intégrante de la culture balinaise des Hindous, selon leur croyance, permettant de préserver et maintenir l’équilibre et la paix dans le monde. 

 

Canang sari sur les étalages au marché d'Ubud

L'acte de reconnaissance aux Dieux

Les offrandes « canang sari » ne durent qu’une journée. Ces paniers sont préparés puis placés par la femme du foyer qui doit être vêtue d’un sarong traditionnel. Chaque matin et fin d’après-midi durant notre séjour à Sidemen, j’ai pris beaucoup de plaisir à observer notre hôte poser un canang sari, accompagné d’un bâton d’encens brulé et d’une prière. Puis, elle continuait la distribution des offrandes devant la maison par terre, dans son potager, dans les rizières se trouvant en face de sa maison. 

Ce rite quotidien est effectué pour remercier le Dieu Sang Hyang Whidi Wasa. Surnommé l’île des Dieux, nul jour ne se passe sans que les Balinais ne remercient les Dieux Hindous et ne font des cérémonies. Au Vietnam, les habitants pratiquent également un rituel qui consiste à bruler les bâtons d’encens pour souhaiter soit la bonne santé, soit une journée prospère en termes de négoce, soit la réussite aux examens. A la différence de ces rites, les Hindous balinais souhaitent seulement témoigner leur reconnaissance aux Dieux et également aux Démons. 

Les fleurs sont auparavant trempées dans de l’eau de source sacrée avant d’être extraites dans les paniers. Aussi, bien qu’on voie partout les Canang sari, leur emplacement n’est pas anodin mais suit des règles précises selon l’hindouisme. Les couleurs des fleurs du canang sari sont blanc, rouge, jaune ou bleu. Les pétales blanches vers l’est représentent le Dieu Iswara, les rouges vers le sud représentent Brahma, les jaunes vers l’ouest représente Mahadeva et les bleus ou verts vers le nord représentent Vishnu. 

Offrande devant un temple
Sur notre chemin de randonnée menant aux cascades
Et même sur les branches

L'offrande pour l'équilibre et la sérénité

Dans la religion hindouiste, le cosmos est composé du paradis où résident les dieux, de l’enfer où résident les démons et de la terre où résident les êtres humains. Les Balinais se servent des offrandes canang sari dans le dessein de présenter leur gratitude et reconnaissance aux dieux d’une part et d’apaiser les démons d’autre part. Ils souhaitent, à travers les canang sari, prier pour maintenir l’équilibre entre le paradis et l’enfer et par conséquent la sérénité et la paix sur la terre.  

Derrière ces petits paniers en feuille de cocotier se cachent un message spirituel et une jolie coutume qui ne s’effacent pas avec le temps, et tant mieux ! Il faut faire très attention à ne pas les piétiner, car c’est une marque d’irrespect. Si jamais vous les marchez dessus, demandez pardon aux propriétaires de la maison ou des gens aux alentours. 

J’adore prendre en photo les canang sari car je les trouve jolies visuellement. Après avoir fait la connaissance de leur histoire, le fait de les voir prend désormais une toute autre signification. Canang sari, parmi tant d’autres rites au monde, méritent d’être préservés par les locaux et découverts par les visiteurs.

 

ARTICLES POUVANT VOUS INTERESSER

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.