L‘Isaan est la région la moins prospère de la Thaïlande en terme d’économie. Mais je pense que c’est la région la plus riche en terme de générosité, de gentillesse des habitants.

Ce coin dégage une sorte de sérénité

Bien la Thaïlande soit très touristique dans l’ensemble, la région d’Isaan fait partie des endroits qui offrent une sérénité et une authenticité qu’on ne peut imaginer avant. Quand on prépare l’itinéraire, on ne trouve pas beaucoup d’informations sur les activités touristiques. Mais cela ne nous empêche pas de découvrir cette région bien cachée et secrète, bien au contraire.

Aperçu de notre itinéraire dans l’Isaan

Nous sommes à mi-chemin sur la carte. L’itinéraire risque d’être modifié vers la fin car on souhaite pousser jusqu’à la province de Loei.

Voici en gros plan notre itinéraire:

Mukdahan – That Phanom – Nakhon Phanom – Tha Athen – Bueng Chong Long – Bung Khla – Bueng Kan – Ban Pak Khat – Phon Phisai – Phen – Talay Bua Daeng – Udon Thani – Nong Bua Lamphu – Ban Pha In Plaeng – Loei – Chiang Khan – Pak Chom – Sangkhong – Nong Khai

Le passage à la frontière terrestre entre le Laos et la Thaïlande

Nous sommes au Laos pendant les jours les plus chauds de l’année. La fraîcheur matinale ne dure pas longtemps. Quelques premiers rayons du soleil enflamment et brûlent la peau alors qu’il n’est qu’à 7h du matin.

A peine quittée, Savannakhet nous manque. Mais on sait qu’on va y retourner. En arrivant au poste frontalier, il semble que nous sommes observés par les passagers ainsi que les douaniers. Je pense que rares sont les cyclistes qui traversent la frontière ici.

Contrairement à ce qu’on craignait, il faut avouer que c’est bien organisé et que les agents de la douane sont serviables. Plusieurs personnes viennent vers nous pour expliquer les démarches.

Une fois les formalités accomplies, nous devons acheter les billets de bus afin de passer le pont de l’amitié. Comme on pouvait bien en douter, les bicyclettes ne sont pas autorisés à traverser le pont.

Nous sommes heureux de retrouver nos vélos côté thaïlandais. Une trentaine de kilomètres sépare Mukdahan et la frontière.

Isaan
C’est le décor qu’on a la chance d’avoir souvent sur les routes dans l’Isaan

De Mukdahan à Nakhon Phanom

Un agent de la douane nous montre son signe d’encouragement avec le pouce levé et nous demande où on veut aller. La journée commence en toute tranquillité.

Mukdahan est une ville située sur la rive droite du Mékong et la capitale de la province du même nom. On peut remarquer que les villes thaïlandaises se ressemblent beaucoup les unes les autres.

Au premier abord, on trouve que les gens sont très souriants. Cela fait vraiment plaisir. La propriétaire du restaurant est toute contente qu’on finisse son plat avec le degré de piment très élevé. Le marché de nuit de Mukdahan est animé. Nous aimons beaucoup les marchés de nuit thaïlandais. On arrive souvent à y trouver des plats qui gâtent nos pupilles et papilles.

Le lendemain, nous enfourchons de nouveau nos pédales pour aller en direction de Nakhon Phanom. Nous suivons la route qui longe le Mékong nous donnant de bons souffles d’air.

Pédaler en Thaïlande est en général un pur bonheur. Les habitants nous font des signes de salutation accompagné d’un sourire. On se sent très bienvenus ici.

Il nous faut deux jours pour arriver à Nakhon Phanom. Étant donné qu’on ne se presse pas et qu’il fait très chaud, on n’effectue qu’une cinquantaine de kilomètres par jour.

La sérénité et la propreté à Nakhon Phanom

La ville nous accueille chaleureusement par une superbe piste cyclable. On est souvent surpris par la qualité de la route et par l’investissement en infrastructures pour encourager le cyclisme en Thaïlande. On est également impressionnés par la propreté de cette ville.

Thaïlande secrète découverte de l'isaan
La jolie piste cyclable à Nakhon Phanom

Le manoir du gouverneur

Je ne sais pas vous mais nous sommes souvent curieux et ouverts sur le patrimoine du passé, surtout en Asie. C’est pour cela que nous voulons visiter l’ancienne demeure du gouverneur. Ce fut aussi la résidence du roi et de la reine lors de leur séjour à Nakhon Phanom dans les années 50.

Ayant une couleur jaune canari typique de l’architecture coloniale, la maison attire beaucoup notre attention. Quelques photos de souvenir s’imposent.

Le manoir abrite le musée de la ville. La visite du musée nous a permis de comprendre mieux la vie locale de la province ainsi que de la région d’Isaan. La région est donc connue pour l’agriculture et pour le tissage de la soie.

Un bateau illuminé construit du bambou pour le festival de Lai Rua Fai

Balade au bord du Mékong

Nous n’aimons pas trop pédaler dans la ville. Et pourtant, se déplacer à vélo sur la piste cyclable nous donne du plaisir, vraiment.

C’est surprenant car on est presque les seuls sur cette piste. La piste est bornée par de très jolis arbres en fleurs.

Nos papilles sont gâtées

Il ne faut pas oublier le restaurant qui propose des superbes combinaisons de desserts. Ces plats sucrés comprennent les fruits, de la crème glacée, de la brioche…Miam j’en bave encore quand je rédige ces quelques lignes.

A la fin de cet article, on vous donnera les informations pratiques si jamais vous voulez essayer.

L'Isaan

La vie rurale, urbaine et fluviale dans l’Isaan

Nous constatons que la région d’isaan est encore très rurale à travers nos étapes en vélo. Il y a des jours où on ne trouve aucun commerce pour s’arrêter faire une petite trève rafraichissante. Pendant plusieurs kilomètres, il n’y a que des forêts bordant les routes.

On voit sur certaines tronçons de la route différentes activités de négoce de fruits, soit des litchis, soit des ananas, soit des pastèques…Et oui, la région d’isaan est très agricole. A la différence des campagnes laotiennes ou cambodgiennes, les paysans sont souvent mieux équipés. En effet, c’est un peu étrange d’apercevoir des gros tracteurs dans les ruelles ici. Ce sont sans doute des tracteurs japonais ou bricolés eux-même.

L'Isaan

Dans les villes, certains habitants se regroupent dans la rue pour une séance d’aérobic ou de taïchi lorsque la chaleur commence à disparaître. Et quand vous voyez des deux scènes simultanément, vous ne pouvez pas vous empêcher d’avoir un fou rire !

Un jour dans un petit village avant Buengkhan et devant le balcon de notre bungalow, c’est un pur plaisir de voir les enfants s’amuser, se baigner et de voir quelques pêcheurs jeter les filets dans le mythique Mékong. Oh combien c’est chouette et paisible !

La vue devant notre bungalow dans un petit village en Isaan
C’est un peu petit mais on aperçoit le pêcheur au loin

Générosité et gentillesse des habitants

On connait le surnom du « pays des sourires » de la Thaïlande. Et nos expériences jusqu’à maintenant le confirment. Mais je vous assure que ce surnom est encore plus vrai dans l’Isaan.

Les anecdotes et histoires sont nombreuses. Un jour sur la route menant à Buengkhan, un monsieur nous fait signe de nous arrêter. Et puis, il sort quelques gâteaux et bouteilles d’eau de sa voiture pour nous les offrir. C’est quasiment sûr que l’on ne recroisera pas la route de ce monsieur, mais son geste de générosité nous marquera pour longtemps.

Cadeau de la part d'un généreux sur les routes d'Isaan
Ces cadeaux constituent notre goûter de 4h

Et puis, un jour après une soixantaine de kilomètres dans les mollets, nous commençons à chercher un hébergement. Le premier nous paraît très sympathique de l’extérieur. La personne dit: « full full », et nous indique un autre établissement dans une dizaine de kilomètres.

Arrivant à un petit village au milieu de nulle part vraiment, nous avons un espoir en voyant une autre guesthouse bien entretenue. Ce sont Johannes, un norvégien et sa femme thaïe qui sont propriétaires du lieu. On ne s’attendait pas à voir un occidental s’installer ici.

Nous sommes accueillis par de grands sourires et deux verres d’eau glacée. Le lendemain, Johannes nous invite pour un petit-déjeuner plutôt occidental avec des céréales de Norvège accompagnées du thé au champignon chaga.

Une nouvelle journée de pédalage commence, le chemin nous semble si loin encore…Mais on se sent chanceux d’avoir rencontré des personnes aussi généreuses et sympathiques.

L’aventure continue…

Informations pratiques

Vous trouverez ici les informations de l’ordre général et sur Nakhon Phanom essentiellement.
On vous donnera la liste de l’ensemble des hébergements et de nos coups de cœur concernant les restaurants dans l’Isaan à titre informatif.

    • L’anglais n’est pas très courant donc il serait plus facile d’apprendre quelques mots thaïs, par exemple: « café yen » (café glacé), « tcha manao » (thé au citron), « som tam thaï » (salade de la papaye), « mai phet » (pas piquant)
    • Le prix d’une chambre double ou d’un bungalow avec salle de bain privative varie entre 350 et 600 bahts. Le rapport de qualité / prix est vraiment correct
    • Nous n’avons pas de problème de transport mais pour ceux qui voyagent en train, faîtes attention au nouvel an ou à la festival de Songkran afin de réserver à l’avance les billets de train ou de bus. Apparemment, beaucoup de gens de l’Isaan travaillent à Bangkok et rentrent chez eux pour ces fêtes
    • Ne ratez pas les superbes couchers de soleil dans les endroits au bord du Mékong
    • Le billet pour visiter le manoir du gouverneur et son musée coûte 50 bahts par personne
    • La plupart de commerces et gargotes ferment vers 18h à la campagne et dans les petites villes. Pensez à dîner assez tôt du coup

One Comment

  1. J’ai retrouvé l’Issan avec beaucoup de plaisir,Thanh,avec ton reportage J’aimerais y revenir et en profiter pour visiter le manoir du gouverneur Bravo pour ta photo devant le plat et merci pour tes commentaires qui donnent envie de visiter cette région rurale de Thaïlande

Si vous aimez cet article, partagez-le ou laissez un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.